Francis Jordane dans les Chroniques de Motor City

On discute Chuck Daly et de la Dream Team avec Francis Jordane, ancien sélectionneur de l’équipe de France

Dans la foulée du podcast consacré à Chuck Daly, le légendaire coach des Pistons, voici le deuxième numéro des Backs-Up des Chroniques de Motor City. Et pour l’occasion, j’ai invité Francis Jordane, grand homme du sport Français et ancien sélectionneur de l’équipe de France de Basket entre 1986 et 1993.

Francis Jordane était l’homme parfait pour parler de Chuck Daly. D’abord parce qu’il nous fallait un coach de l’homme qui a fait gagner les Bad Boys mais Francis Jordane connaissait parfaitement le sujet puisqu’il a passé toute une semaine avec Chuck Daly et la Dream Team en 1992. A Monaco, pendant la préparation de Team USA aux Jeux Olympiques de Barcelone, Francis Jordane a été aux premières loges.

Chcuk Daly vient apprendre la défense de zone auprès des Français

Ce stage de Team USA à Monaco est bien connu. Pendant toute une semaine, l’équipe de France et la Dream Team partagent des entrainements alors même que la France n’est pas qualifiée pour les JO. En effet, cette collaboration est à l’initiative du staff de la Dream Team et donc de Chuck Daly ! L’objectif de l’ancien coach des Detroit Pistons était plutôt clair : il voulait être opposé à une très bonne équipe de basket européenne dans le but de faire face à une défense de zone et d’apprendre à la contourner.

Les entrainements en commun vont tellement bien se passer que la France réussira à mettre en place une opposition amicale contre Team USA, le temps d’un match en fin de stage. Jamais filmé officiellement mais multi-diffusé sur internet, ce match du 22 juillet 1992 se finira sur une victoire des Américains 111-71.

Ce Back-Up est à écouter absolument pour le morceau d’histoire raconté avec passion par Francis Jordane qui a eu la gentillesse de nous donner de son temps. Dans cette discussion sur Chuck Daly, nous parlons évidement de son coaching à la tête de la Dream Team mais notre invité nous parle aussi de l’influence de cette équipe sur le reste du basket et même de sa rencontre avec son quasi homonyme, Michael Jordan !

La Dream Team en 1992 sans Isiah Thomas