Les Celtics de Larry Bird face aux Bad Boys d'Isiah Thomas dans les Chroniques de Motor City

Les Chroniques de Motor City #36 : Les Celtics de Larry Bird, premier obstacle des Bad Boys sur le chemin du titre NBA

En commençant ce podcast, voyez la NBA comme un grand jeu vidéo. Pour progresser dans leur quête du titre, nos héros, ici les Detroit Pistons, doivent affronter des adversaires de plus en plus puissants sur lesquels ils échoueront plusieurs fois avec de réussir leur quête. Pour les Bad Boys qui visaient le titre sur la fin des années 80, ce premier opposant a été rapidement identifié : les Celtics de Larry Bird.

A plusieurs reprises, Detroit a effectivement buté sur cette équipe de Boston au point de faire naitre une vraie rivalité entre les deux franchises. Nous en parlerons dans cette Chronique de Motor City et vous verrez qu’à force d’échouer face aux Celtics, les Pistons ont appris et sont devenu plus fort, entamant leur chemin pour devenir les fameux Bad Boys .

Et il faut dire que l’adversaire était de taille. Chefs de file de la NBA avec les Lakers de Magic Johnson, les Celtics dominaient la Conférence Est depuis le début des années 80, avec 4 qualifications en Finales NBA de 1984 à 1987 pour deux titres ! Boston pouvait notamment compter sur un 5 majeur composé de Larry Bird, Dennis Johnson, Danny Ainge, Kevin McHale et Robert Parish, parfois cité comme le meilleur 5 de tous les temps.

Des Pistons cruels et sans pitié grace aux Celtics

Au milieu de cette dynastie des Celtics, ce sont donc les Pistons menés par Isiah Thomas et de Bill Laimbeer qui ont cherché à faire tomber le champion. Et par deux fois, les Bad Boys ont chuté face aux Celtics en 1985 et 1987 avant de finalement réussir à les battre en 1988.

Dans cette Chronique de Motor City, nous reviendrons sur chacun des duels entre les deux équipes. Les deux échecs de 1985 et 1987 ont permis de montrer aux Pistons qu’ils n’étaient pas encore prêt pour le titre. Alors Jack McCloskey le GM des Bad Boys a continué sa construction. Les drafts de Joe Dumars et Dennis Rodman, ou l’expérience d’Adrian Dantley sont autant d’ajout dans son roster.

A chaque fois, les Pistons se sont rapprochés, échouant parfois de peu comme avec « The Steal  » de Larry Bird au Game 5 de la série de 1987, point d’orgue de la rivalité. Mais en se préparant pour battre les Celtics, les Pistons sont devenus les Bad Boys et la série de 1988 a été le tournant, quand Detroit a enfin pris le dessus sur Boston.

Dennis Rodman et Larry Bird face à face